Archive | mai, 2011

La Belgariade, chant 5 : La fin de partie de l’enchanteur de David Eddings

27 Mai
La fin de partie de l'enchanteur

Enchanters’ End Game (traduit par Dominique Haas) – Pocket (Fantasy) – 1998 – 413 pages

Soudain jaillirent du sol des formes ténébreuses: silhouettes immenses, robes noires, masques d’acier étincelant. Elles avaient surgi à l’endroit le plus inattendu, entre les rangs même de l’armée. Un jeune chevalier mimbraïque en avisa une à ses côtés et sabra. À l’instant où sa lame traversait l’ombre, il fut frappé par la foudre. Des tourbillons de fumée s’élevèrent des gentes de son ventail et il grilla dans son armure.

Ce’Nedra, la Fiancée de Lumière, crispa la main sur son amulette et ferma les yeux: « Aide-nous, Belgarath! Nous allons être écrasés! »

À quoi servait de l’appeler? Sans doute avait-il atteint la Cité de la Nuit, où Torak s’éveillait au milieu des ruines. L’immense geste s’achevait dans le fracas des armes, et l’enfant de la prophétie n’était pas prêt. La guerre de sept mille ans allait finir par la victoire du Dieu-Dragon des Angaraks!

Mon avis

M’y voilà! C’est avec ce dernier et ultime tome que se termine cette belle pentalogie qu’est La Belgariade. Ce billet se veut un peu plus général, c’est-à-dire qu’il parlera du cinquième tome (évidemment ^^), mais aussi de la saga en entier, histoire de faire le point sur toute l’aventure!

Ce dernier opus, c’est la concrétisation de deux prophéties vieilles de plusieurs milliers d’années se fondant l’une dans l’autre, pour n’en devenir qu’une seule. Les décisions prises ici sont toutes plus cruciales les unes que les autres. On a droit à un bon flot de péripéties (normal quand la fin est si proche)! Bizarrement, alors que dans les autres tomes je préférais suivre Garion, j’ai cette fois rongé mon frein en attendant le moment où j’allais retrouver Ce’Nedra et son armée! Je dois avouer que j’avais hâte qu’il y ait enfin une bonne grosse baston. ^^ Et à ce niveau-là, je suis assez satisfaite. Une belle bataille, avec des évènements inattendus et d’intéressantes démonstrations du vouloir et du verbe (c’est-à-dire de magie). Par contre, je suis un tout petit peu désappointée de ne rien savoir au sujet du plan du roi Drosta, avec la brèche dans l’armée et tout. On ne sait absolument pas comment ça se passe finalement.

Au niveau de la confrontation entre Belgarion et Torak, voici la première chose qui m’ait passé par la tête : « C’est tout? » … Eh ouais, sur le coup, j’ai été déçue. Mais plus j’y repense et plus je me dis que quelque chose de différent n’aurait pas été plus approprié. C’est ce qu’il fallait finalement, même si de prime abord, ça manque un peu… de cris, de blessures et de sang!  Ben oui, je m’attendais à un combat épique moi! Cependant, je vous assure que ce qu’il se passe, bien que davantage émotionnel que physique, en vaut tout autant la peine. C’est très beau et j’oserais même dire émouvant.

Royaumes du Ponant et Territoires Angaraks

Du côté des personnages, on retrouve tout notre petit groupe initial, certes disséminé partout sur le continent, mais chacun très actif, à sa façon, dans l’histoire. Les figures de proue de ce dernier tome sont bien évidemment Garion et Ce’Nedra. Quand on repense à comment ils étaient au début, on se rend compte qu’ils ont beaucoup évolué et que leur personnalité est devenue plus étoffée. Pour ce qui est des autres personnages, ils sont encore et toujours égaux à eux-mêmes: intègres, drôles et incroyablement courageux. Je vais beaucoup m’ennuyer de Silk et je regrette tant que la fin ne soit pas plus heureuse pour lui (la danse avec la reine, terrible!)…

J’ai tout de même quelques petites déceptions. Tout d’abord, je suis vraiment déçue au sujet de Mission. Oui, on sait à peu près d’où il vient et comment il a été trouvé, mais… j’aurais aimé en savoir davantage, par exemple découvrir comment Zedar a fait pour l’élever en toute innocence. Je le trouvais tellement attachant ce p’tit bonhomme, je suis triste de le quitter sans mieux le connaître. Peut-être en apprend-on plus dans les autres séries? Ensuite, j’ai trouvé le truc avec Durnik et les Dieux (désolée d’être si vague, je veux pas spoiler ^^) très prévisible compte tenu du surnom de Durnik, alors Polgara ne m’a nullement émue.

Bref, ce tome conclut très bien La Belgariade! David Eddings nous livre ici un opus final riche en action avec une belle grosse bataille et un combat final, entre Belgarion et Torak, se jouant davantage sur le plan mental que sur le plan physique, mais qui reste quand même splendide. On constate à quel point les personnages ont évolué au fil des tomes et on quitte certains d’entre eux avec beaucoup de regret, particulièrement Silk et Mission pour ma part. Je suis très contente d’avoir découvert cette saga qui, sans pour autant être un coup de coeur, me laisse somme toute une très bonne impression. Me voilà maintenant avec une culture littéraire un peu plus étendue!

Appréciation globale :

Très bien!

Ce livre a été lu dans le cadre du challenge Eddings (5/5)!

Tomes…
T.1: Le pion blanc des présages – paru
T.2: La reine des sortilèges – paru
T.3: Le gambit du magicien – paru
T.4: La tour des maléfices – paru
T.5: La fin de partie de l’Enchanteur – paru

Pour d’autres avis, vous pouvez aller faire un tour sur la fiche Livraddict!
Logo Livraddict

Le Roi Corbeau, tome 1 : Robin de Stephen Lawhead

6 Mai
Robin de Stephen Lawhead

Hood (traduit par Clara Betruger) – Le Livre de Poche (Orbit) – 2011 – 536 pages

 XIe siècle, Angleterre.

Depuis l’arrivée des envahisseurs normands, les Celtes ont été repoussés dans les montagnes du pays de Galles.

Traqué comme un animal, Bran ap Brychan, héritier du trône d’Elfael, a été contraint d’abandonner le royaume de son père pour se réfugier dans la forêt des Marches, des bois primitifs où le danger rôde…

Mon avis

Vous est-il déjà arrivé d’avoir peur d’être déçu par un livre parce que vous aviez lu et adoré un autre livre du même auteur? C’était mon cas en débutant ma lecture! J’ai lu il y a environ cinq ou six ans Le Chant d’Albion de Stephen Lawhead et j’avais eu un très gros coup de coeur pour cette trilogie. Les attentes étaient donc fortes envers ce pauvre Robin… mais il a relevé avec brio le défi!

Je dois avouer que je m’attendais à un début bien plus ardu que cela. En effet, les Celtes étant reconnus pour leurs noms, disons, tout bonnement imprononçables parfois, j’appréhendais un peu la présentation des personnages. Or, tout c’est bien déroulé, sans anicroche! Je n’ai pas éprouvé de difficultés majeures à me souvenir de qui était qui et, par chance, je n’ai pas eu l’occasion de prononcer les noms à voix haute. ^^

Je connaissais déjà la plume de Stephen Lawhead et cela a été un réel plaisir de la retrouver. Certains trouvent son style pompeux, mais personnellement, je trouve que la richesse de son vocabulaire et de la structure de ses phrases ne fait qu’illustrer l’ampleur et la splendeur de la fresque qu’il nous dépeint. Cependant, n’ayant pas une très grande culture celte et anglo-saxonne,  ce fut peu glorieux pour moi géographiquement parlant. Déjà que j’ai un très mauvais sens de l’orientation, ajoutez à ça des territoires inconnus… je vous laisse deviner le résultat! Les destinations des protagonistes ne sont pas si nombreuses, mais cela a pourtant suffi à me perdre. Une carte aurait été un must.

Bran ap Brychan, personnage central à prime à bord frivole et lâche, est finalement un homme de convictions. Je me suis pour ma part attaché à lui et à la cause qu’il finit par épouser. J’ai beaucoup aimé son évolution psychologique qui, je crois, est à bien des égards l’élément le plus approfondi du roman. Angharad, principale instigatrice de ce changement de mentalité, a un aura très mystique, qui la rend énigmatique et intrigante. Les personnages secondaires, bien que pas nécessairement très approfondis, supportent bien l’histoire.  Les « méchants » sont détestables à souhait, tandis que les desseins de certains autres protagonistes restent ambigus. L’alternance de la narration entre toutes ses personnes, très bien dosée, est un point fort de ce livre: cela nous donne une vue d’ensemble de l’histoire et nous permet de suivre le récit sur tous ses plans.

Cette histoire m’a tout simplement captivée! Il est important de savoir que Stephen Lawhead n’a pas revisité l’histoire de Robin des bois. Il a fait de nombreuses recherches à ce sujet et en a tiré des conclusions différentes pour en arriver à une version distincte et très peu connue de cette histoire. Il y a certains passages du roman durant lesquels j’étais immergée à fond, d’autres m’ont émue et m’ont mis dans un état d’esprit très… indescriptible? Je suis sortie à un moment de ma lecture un peu abasourdie, j’avais du mal à émerger de l’ambiance du passage.

Et finalement, quelques mots sur le Roi Corbeau qui, comme vous devez vous en douter, est au centre du récit. Ses apparitions sont inquiétantes et donnent un ton angoissant à l’histoire le temps de quelques pages. Cependant, sachant sa vraie nature, je me demande comment il pouvait ombrager le sol… Que les gens le décrivent comme deux hommes de larges et etc., passe encore, on sait bien que les personnes ont parfois tendance à exagérer, mais voilà, je ne comprends vraiment pas comment il peut ombrager le sol à l’extérieur de la forêt. C’est un des seuls points noirs que j’ai pu relevé!

Bref, j’ai passé un excellent moment au final! J’ai vraiment apprécié retrouvé le style de Stephen Lawhead et, malgré le fait que j’ai été un perdue géographiquement parlant, je n’ai pas eu trop de difficultés à me retrouver dans les personnages. Ces derniers sont très intéressants, la complexité et l’évolution psychologique de certains sont passionnantes tandis que d’autres restent très mystérieux. Les apparitions  du Roi Corbeau réussissent à donner une ambiance très inquiétante et angoissante! C’est un récit que j’ai trouvé très « immersif » et profondément prenant. J’ai hâte de pouvoir lire la suite, c’est-à-dire quand elle sera sortie en poche! Un gros merci à Livraddict et Le Livre de Poche!!

Appréciation globale :

Excellent!!

 Tomes…
T.1: Robin – paru
T.2: Will – paru
T.3: Tuck – paru

Pour d’autres avis, vous pouvez aller faire un tour sur la fiche Livraddict!