La Belgariade, chant 4 : La tour des maléfices de David Eddings

21 Avr
La tour des maléfices de David Eddings

Castle of Wizardry (traduit par Dominique Haas) – Pocket (Fantasy) – 1998 – 439 pages

Garion monta sur le trône de basalte et plaça l’Orbe sur le pommeau de l’énorme épée. Il y eut un déclic; la force vive de la pierre fusa dans la garde. La lame se mit à luire et se détacha du mur. Il la rattrapa des deux mains. La foule dans la salle réprima un halètement.

Garion sidéré vit l’Orbe jeter une formidable langue de feu bleu. Sans trop savoir pourquoi, il souleva le glaive.

« Ô joie, le roi est revenu, la prophétie s’accomplit! clama Belgarath. Inclinons-nous devant Belgarion, roi de Riva, suzerain du Ponant! »

Et la prophétie suivit son cours. Au coeur du tumulte, on entendit un bruit métallique, comme si une tombe scellée par la rouille venait de s’ouvrir. Garion en fut glacé jusqu’aux moelles. Arraché à des siècles de sommeil, un cri de rage surgit des ténèbres et réclama du sang.

Mais ce n’était pas le pire. Cette voix macabre, elle avait peur. Torak était de retour, et il tremblait, le dieu défiguré!

Mon avis

La fin approche, ça se voit. On sent, dans ce quatrième tome, les pions amorcer des mouvements de plus en plus décisifs sur cet échiquier millénaire qu’est la prophétie. Inexorablement, tous avancent vers leur destin. Toutefois, j’ai malheureusement trouvé ce tome un ton en-dessous des autres. J’ai aimé, mais certains petits points m’ont déplu.

Tout d’abord, le rythme y est plus lent, sauf peut-être sur la fin où ça recommence à bouger. Cela faisait deux, voire même trois tomes que l’on suivait les personnages dans leur course contre la montre, alors tomber dans une accalmie comme ça donne l’impression de stagner. Cela pourrait sans doute s’expliquer par le fait que l’on insiste ici davantage sur la politique (et encore, je n’ai pas eu l’impression d’en lire tant à ce sujet), ce qui ne laisse pas nécessairement place à l’action. D’un autre côté, j’ai trouvé que l’on ne s’attardait pas assez sur les différentes cérémonies qui ont lieu. En effet, les trois ou quatre célébrations sont survolées avec rapidité, il y a plus de détails sur la préparation des personnages et le « après » que sur les cérémonies en elles-même. C’est dommage parce que cela aurait pu nous permettre d’en apprendre davantage sur les coutumes de ce monde et surtout, sur les Riviens.

Île des vents

Carte de l’Île des vents (cliquable)

Du côté des personnages, certains réalisent que l’Homme n’est pas peut-être pas aussi libre qu’ils le pensaient. Prendre conscience de cette réalité n’est pas chose facile pour plusieurs d’entre eux parce que c’est à la fois impensable, mais logique, révoltant, mais rassurant. Il est intéressant d’en savoir plus sur les différents rois du Ponant (Rhodar, Anheg, etc.) et sur leur épouse. J’aime d’ailleurs beaucoup le rôle que ces dernières commencent à jouer dans l’histoire (il y a un peu de féminisme en moi faut croire ^^)! Pour sa part, Ce’Nedra a beaucoup évolué dans ce tome. Elle a enfin compris le rôle qu’elle a à jouer dans la prophétie et j’ai aimé le courage dont elle fait preuve, même si ce qu’elle doit faire la révolte. Finalement, je dois avouer que j’ai été déçue de ne rien savoir de plus au sujet du petit Mission, qu’on voit d’ailleurs très peu. ^^

Il y a toujours quelques petites secondaires intéressantes qui pimentent agréablement le récit, permettant de garder l’intérêt du lecteur. La partie avec la sorcière des marécages, Vordaï, m’a assez intriguée, je me demande maintenant si cette dernière et les palustres auront un rôle futur à jouer dans l’histoire… Pour ce qui est du tome en général, ma partie préférée reste le périple qu’entreprend Garion. J’ai été ô combien heureuse que Silk fasse partie du voyage! J’aurais détesté qu’il soit resté en arrière, vous vous en doutez! ^^

Bref, j’ai été un peu déçue par ce tome, mais j’ai l’impression que mon avis est un peu biaisée par le fait que j’ai mis beaucoup de temps à le lire, par manque de temps. Le récit m’a ainsi paru plus lent. Je regrette de n’avoir pas eu davantage d’informations sur certains points, mais on en apprend tout de même plus sur plusieurs des personnages secondaires, ce qui s’est avéré intéressant. Les intrigues secondaires sont plaisantes et la trame principale concernant Ce’Nedra est inspirante, tandis que celle du côté de Garion, une fois passer le côté politique et administratif, vient redonner de la vigueur au récit! Affaire à suivre donc, j’espère que le dernier tome ne me décevra pas!

Appréciation globale :

Très bien!

Ce livre a été lu dans le cadre du challenge Eddings (4/5)!

Tomes…
T.1: Le pion blanc des présages – paru
T.2: La reine des sortilèges – paru
T.3: Le gambit du magicien – paru
T.4: La tour des maléfices – paru
T.5: La fin de partie de l’Enchanteur – paru

Pour d’autres avis, vous pouvez aller faire un tour sur la fiche Livraddict!

Publicités

4 Réponses to “La Belgariade, chant 4 : La tour des maléfices de David Eddings”

  1. Korto 21 avril 2011 à 18:08 #

    Tu les enchaînes dis donc ! J’imagine que tu as commencé le 5ème et dernier tome ? =P

    • Merkillia 22 avril 2011 à 09:43 #

      Malheureusement non, j’ai un part’ à honorer! Mais après ce sera la Belgariade tome 5!

  2. malaury 23 avril 2011 à 14:14 #

    Cette saga est intéressante je vais peut-être la lire ^^

    • Merkillia 25 avril 2011 à 13:07 #

      Oui, elle est très bien! J’espère que tu l’apprécieras si tu tentes l’expérience!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :