La théorie des six de Jacques Expert

5 Jan

Le Livre de Poche (Thriller) – 2010 – 248 pages

Selon la « théorie des six », énoncée en 1929 par le Hongrois Frigyes Karinthy, tout individu sur terre peut être relié à n’importe quel autre par une chaîne de connaissances ne comptant pas plus de cinq intermédiaires. Ainsi, chacun de nous est à six poignées de main de n’importe quel habitant du fin fond de la Mongolie-Extérieure.

Cet auteur ne s’attendait certainement pas à ce que sa théorie devienne un jour le mode opératoire d’un tueur en série. Julien Dussart lance pourtant ce défi à la police: il annonce qu’il a décidé de tuer « quelqu’un » et que la seule façon de l’arrêter consiste à comprendre sa logique. Qui sera la sixième cible? La réponse à cette énigme permettrait au commissaire divisionnaire Sophie Pont de sauver les cinq premières victimes. Enfin… quatre. Le premier cadavre est retrouvé, le jeu peut commencer…

Mon avis

Je comptais être brève cette fois dans mon avis puisque, je dois l’avouer, je manque de temps, mais également parce que La théorie des six est un livre qui m’a passablement déçue, sauf que mes mains écrivent plus vite que mon ombre. *sifflote innocemment* Dès que j’ai vu ce livre en partenariat sur Livraddict, je suis sautée sur l’occasion parce que, comme vous le savez, j’adore les thrillers et celui-là m’avait l’air particulièrement intéressant avec cette théorie. Et puis, personnellement, j’aime beaucoup la couverture, elle reflète bien l’histoire et la dominante jaune/doré lui donne un joli ton.

Pourquoi, donc, ai-je été déçue? Je l’ai dit plus haut, j’aime les thrillers. Or, ce roman tient davantage du policier. Je n’y ai trouvé aucun réel suspense et les rebondissements ne sont pas sous forme d’action, mais plutôt du côté psychologique. On suit de près le cheminement mental de Julien Dussart, le meurtrier, mais il n’y a rien de bien palpitant en soi dans l’histoire. Je ne me suis nullement sentie happé par le récit et ce, malgré la narration au « je » qui aurait dû, il me semble, me permettre d’entrer de plein pied dans l’histoire.

Le langage vulgaire, obscène et scabreux de la plupart des personnages m’a choquée et a gâché ma lecture. Ça aurait bien passé s’il n’avait été question que d’un seul personnage s’exprimant ainsi, mais lorsque le mot « pute » revient pratiquement à chaque page, provenant de la bouche de plusieurs personnes différentes, c’est trop. Cela aurait pu donner une saveur différente à un personnage, mais quand c’est utilisé pour tous, c’est de l’excès et c’est cette surabondance qui m’a choquée.

Je regrette aussi le peu de développement qu’il y a autour des personnages secondaires. Luan, Rachel et Raymonde Dussart, la mère de Julien, sont des personnages que j’aurais aimé connaître davantage. Quelle est l’histoire de cette petite chinoise, Luan, qui doit travailler d’arrache-pied pour rembourser son entrée illégale en France? Mystère. De son côté, Rachel Lepetit avait, à mon avis, un potentiel énorme, mais elle est reléguée au plan d’accessoire pour Sophie Pont, cette commissaire divisionnaire complètement détestable, égocentrique et fade. Et la mère de Julien Dessart: pourquoi et comment exerce-t-elle cette vendetta, dont on fait à peine mention, contre ceux qui ont persécuté son fils dans sa jeunesse? Ce sont des personnages qui, s’ils avaient été plus développés, auraient apporté, selon moi, une richesse qui fait présentement défaut à ce livre.

J’aimerais également établir un petit parallèle avec un autre livre que j’ai lu: Le parfum de Patrick Süskind. J’ai trouvé le personnage principal de La théorie des six, Julien Dussart, étrangement similaire à Jean-Baptiste Grenouille. Effectivement, Dussart était décrit par les témoins comme étant « personne et tout le monde à la fois », qu’il avait un physique anonyme qu’on oublie sitôt qu’on l’a vu, ce qui est précisément le cas de Grenouille lorsqu’il se promenait sans parfum. On peut aussi noter que les deux n’éprouvent aucun remord face à leurs crimes et qu’ils agissent par obsession: Julien, pour la théorie des six; Jean-Baptiste, pour une femme. Pour tout vous dire, cette étrange similitude m’a quelque peu dérangée. Espérons toutefois que ce n’est que le fruit de mon imagination!

Cependant, il n’y a pas que des défauts, quelques qualités sont aussi présentes dans ce livre, aussi peu nombreuses soient-elles à mes yeux. Je pense que tous ceux qui l’ont lu s’entendront pour dire que la psychologie du tueur est très étudiée, très bien dressée. On peut aisément suivre le fil de ses pensées qui sont, somme toute, très logiques. Je sais pas si c’est parce que je n’ai pas accroché à l’ensemble de l’histoire (donc j’ai peut-être moins retenu les détails), mais j’ai été complètement surprise par la fin. Je croyais que la cible finale de Dussart était son père qui l’avait abandonné en bas âge, mais je me suis complètement trompée!

Bref, la nature policière et non thriller du roman, la vulgarité de la quasi totalité des personnages et le peu de développement des protagonistes secondaires ont fait de ce livre une déception à mes yeux. De même, la ressemblance du personnage principal avec Jean-Baptiste Grenouille dans Le Parfum de Patrick Süskind m’a importunée. La psychologie étoffée du meurtrier et la fin qui m’a surprise arrivent à sauver un peu ce livre, mais une chose est certaine, je ne le relirai pas de sitôt. Je tiens tout de même à remercier les éditions Le Livre de Poche et Livraddict pour ce partenariat qui, même s’il m’a déçue, m’a permis de découvrir un nouvel auteur!!

Appréciation globale :

Moyen…

Déception…

Pour d’autres avis, vous pouvez aller faire un tour sur la fiche Livraddict!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :